Des robots avec des préjugés, c’est possible !

Sonny, I Robot

Une étude menée par des chercheurs américains et britanniques montre que les robots dotés d’une intelligence artificielle pourraient avoir des préjugés, tout comme les humains.

Un des aspects de la robotique est de faire en sorte que le comportement d’une machine ressemble à celui de l’Homme. Une volonté qui pose d’ailleurs son lot de controverses sur le plan éthique.

Cette étude, menée par le MIT et l’Université de Cardiff, nous apprend que certaines intelligences artificielles présentes sur les robots pourraient développer à terme des préjugés. En effet, les chercheurs nous expliquent qu’avoir des préjugés est un mécanisme cognitif relativement simple, si bien qu’une IA assez perfectionnée pourrait facilement y arriver.

Une expérience a donc été réalisée pour prouver cette théorie. Les chercheurs ont donc créé une sorte de jeu de rôle dans lequel un robot devait faire un don à un autre robot appartenant à son groupe ou bien à un autre groupe. Le donateur devait choisir sa cible en fonction de la réputation des autres robots. Les scientifiques ont alors pu observer que plus le robot faisait de choix, plus ces derniers étaient influencés par des préjugés basés sur la réputation des robots des groupes étrangers.

Le meneur de ces recherches, le professeur Roger Whitaker de l’université de Cardiff a expliqué que cette expérience nous montre que les préjugés sont, selon ces mots, « une force puissante de la nature qui peut facilement être incitée dans des populations virtuelles ».

Articles similaires