Les métiers menacés par l’intelligence artificielle

working robots

Depuis quelques années, le nombre d’emplois menacés par l’évolution de l’intelligence artificielle ne cesse d’augmenter. Selon une étude du think tank Institut Sapiens, cinq d’entre eux seraient particulièrement concernés.

La révolution digitale, si impressionnante soit-elle, a un impact non négligeable sur certaines professions. L’étude nous rappelle d’ailleurs la vision de l’économiste Keynes, qui prévoyait que les premiers emplois détruits par la technologie seraient les plus aliénants et pénibles. Vision qui s’avérait exacte si l’on se fie au classement DARES des métiers les plus pénibles, qui se superpose étonnement bien avec celui des métiers menacés.

Des métiers pénibles supprimés

Avec l’arrivée de la robotisation, certaines inventions comme les caisses automatiques ont permis de réduire drastiquement (-15%) le nombre d’hôtes de caisse, passant de 319000 en 2004 à 270000 en 2016. De la même manière, le métier de manutentionnaire, classé comme l’un des plus pénible et les moins sécurisants, suit la même tendance grâce à l’arrivée de robots manutentionnaires.

La digitalisation toujours plus forte

L’étude de l’Institut Sapiens nous remonte donc cinq métiers menacés par l’intelligence artificielle :

  • Manutentionnaires
  • Secrétaires de bureautique
  • Employés de comptabilité
  • Employés de banque et d’assurance
  • Hôtes de caisse et employés de libre-service

Ces métiers représentent aujourd’hui 2,1 millions de personnes en France. Les employés de banque et d’assurance ne cessent de diminuer depuis près de 30 ans. Toujours d’après l’étude, ils représentaient à eux seuls 2% de la population active en 1986, soit 323 000 personnes. En 2016, il n’étaient plus que 253 000.

Cette chute s’explique facilement avec l’arrivée des services bancaires digitalisés.

L’externalisation des fonctions

Concernant les employés de comptabilité ou les secrétaires de bureautique, le constat est différent. Leur nombre a continué de croitre jusqu’en 2004, avant de chuter brutalement. Cela s’explique cependant assez facilement.

En effet, des logiciels toujours plus intelligents ont fait leur apparition, faisant gagner un temps précieux car capables d’effectuer des tâches comptables sans intervention humaine. Si bien que le métier de comptable se voit menacé à moyen terme.

Les secrétaires de bureautique sont aussi impactés par l’arrivée d’outils numériques qui ont entrainé une « plateformisation » du métier. C’est à dire qu’il n’est plus exercé au sein même des entreprises, mais qu’il est externalisé vers des prestataires de services mutualisant ces actifs et offrant à leurs clients la possibilité de faire appel à eux de manière ponctuelle.

L’arrivée de nouveaux métiers

L’étude relativise cependant ces résultats. En effet, l’intelligence artificielle et la robotique créent plusieurs nouveaux métiers indispensables à leur bon fonctionnement. Géomaticien, ingénieur cloud et virtualisation, coach pour machines… Autant de métiers encore flous pour la plupart des gens mais qui existent bel et bien. Il existe d’ailleurs de nombreuses formations professionnelles permettant aux actifs de devenir employables dans ces domaines.